Post by Category : Nouvelle

Vous êtes dans une auberge (Episode 6)  0

Vous êtes dans une auberge (Episode 6)

La mort, un mauvais moment à passer.

 

Ça fait un bout de temps que je ne vous ai pas causé de mes histoires d’aventurier. Oh ! Hé ! Toi ! Ne lève pas les yeux au ciel. Tiens, c’est ma tournée, comme ça vous allez m’écouter.

Ca faisait déjà un moment qu’on bourlinguait mes compagnons et moi. On avait déjà eu notre content de massacres et de blessures mais on avait amassé un joli pécule… qu’on s’était empressé de dépenser en matos pour être encore plus forts. Objets et potions magiques essentiellement. Ca coûte toujours cher ces trucs là. D’ailleurs je me suis toujours demandé qui étaient les types qui les fabriquaient. Ils devaient être sacrément riches ces gars là. Mais là n’est pas le sujet. Donc, une fois de plus nous voilà embarqués dans une quête incroyable. Je dis incroyable mais c’était notre routine. Comme d’habitude, j’étais devant à faire le ménage à grand coups de hache. L’affaire avançait bien, le soigneur du groupe me collait aux fesses pour me maintenir en forme et les mages arrosaient les ennemis avec tout ce qu’ils avaient comme magie qui faisait mal. Bien sûr, auparavant, ils m’avaient blindé à coups de protections diverses, bénédictions, force augmentée, enchantements des armes. Tout ce qui va bien. J’étais en confiance malgré les grosses bêtes qui m’attaquaient. Là, surgit le big boss, le méchant magicien entouré de ses sbires les plus balaises. C’était pas la première fois que j’en voyais mais je n’étais pas tranquille. Ces gars là sont retors et vous réservent de méchantes surprises. Nos magiciens n’ont pas attendu que le lascar nous fasse son discours de « grand méchant », ils lui ont balancé l’équivalent du trésor royal en magie destructrice en tout genre. C’était pas très fair-play de ne pas lui laisser placer son texte mais, que voulez vous, parfois il faut ranger le panache de côté et se la jouer mesquin. Je n’allais pas leur reprocher. Mais ce coup là ça n’a pas fonctionné. Le magicien noir – les méchants ont souvent le titre de Noir, vous verrez, c’est un indice. Un gars qui a noir dans son titre, c’est un gars suspect – était toujours là frais comme un gardon. En fait c’était un gros pro de l’anti magie. Donc tous les trucs des copains étaient tombés à l’eau. Vexé de ne pas avoir pu placer son discours et voyant que je me frayais un chemin vers lui, il a préféré me jeter un sort. Il a dû se dire qu’on était mauvais public et qu’il causerai après. Je serre les dents en me disant que, malgré mes protections, ça allait chauffer. Non, rien. Même pas mal. Je n’ai pas eu le temps de me réjouir, je me suis rendu compte que tous les sorts que les copains m’avaient fait avaient disparu. Plus rien. Avant j’étais un vrai sapin de Noël et là, j’étais à poil. J’avais toujours ma cotte de maille et ma hache mais plus un pet de magie pour me protéger et me booster. D’un coup ça devenait moins rigolo. Surtout que monsieur l’orateur vexé me lançait ses sbires, du moins ceux qui n’avaient pas été atomisés par les sorts de zone de mes confrères. Pour faire bonne mesure, il a étendu sa zone d’anti magie à toute la pièce, tous mes potes magiciens n’avaient plus qu’à sortir leurs canifs pour se défendre. C’est pathétique un magicien sans sa magie. Ca crie, ça court, ça donne des coups avec ses petits poings frêles. En résumé, ça ne vaut plus rien.

De mon côté, ça tournait au vinaigre. Les sbires qui avaient résisté étaient les plus costauds. J’en prenais plein la poire. Et ce qui devait arriver arriva : je me suis fait tuer.

 

Enfin, c’est ce qu’on m’a dit. Moi je ne me souviens pas de grand-chose. Toutes les histoires de tunnel et de lumière au bout ou de dieux qui vous accueillent, tous ces trucs, je les ai pas vu. Ce dont je me souviens c’est le gros baraqué qui me tapait dessus comme un sourd. J’avais beau ne pas être un manche en combat, sans la magie, il a fini par me buter. En résumé, si je devais dire quelque chose sur la mort, c’est que ça fait mal. Et quand on se réveille on se sent fourbu.

 

Ben, oui, je parle d’après. Fourbu c’est après. Forcément, sinon je ne serai pas là pour vous le raconter. J’ai été ressuscité ! Ah ! Tout de suite, ça fait classe, hein ?! Boah, vous savez, c’est pas si terrible que ça. La première fois, oui, on s’enorgueillît mais les fois suivantes, on trouve ça lassant. Le premier coup, je me suis dit que j’avais peut-être raté un truc, que j’aurais dû être attentif. La lumière au fond du tunnel, j’avais sûrement dû la rater de peu. J’ai même engueuler les copains en leur reprochant de m’avoir ressuscité trop vite. Je ne vous raconte pas le retour de bâton ! Les reproches sont tombés illico !

Je vous raconte le réveil :

Tac ! Je meurs. Ma dernière image c’est la masse du costaud qui m’arrive direct sur la tête. Je rouvre les yeux, je suis dans un lit bien chaud avec un vieux barbichu que je ne connais pas en train de dire « Ca y est, il est sauvé, ça fera 20 000 pièces d’or. » Pile après ça j’entend les autres, mes potes, qui étaient juste derrière bougonner et marchander avec le vieux. Je m’assois sur le lit un peu vasouillard ; personne ne s’occupe de moi, ils sont tous autour d’une table en train de discuter. Je leur demande « Hé les gars ! Qu’est-ce qui s’est passé ? On est où ? » Le nécromancien de l’équipe vient me voir et me dit « On est en ville, tu viens d’avoir une résu. »

Conseil technique : n'attendez pas la dernière minute pour payer la résurrection de la bimbo du groupe, vous risquez la déception...
Conseil technique : n’attendez pas la dernière minute pour payer la résurrection de la bimbo du groupe, vous risquez la déception…

 

Je fais un petit aparté. Il faut que je vous explique quand même que dans ma bande de potes, mon groupe pour utiliser le terme technique en vogue chez les aventuriers, on avait deux nécromants. Je sais, ça fait groupe de pourris mais, non, ils étaient sympas ! Un peu porté sur l’humour noir et avec des mœurs tordus mais on s’entendait bien. Je fermais les yeux sur leurs petites magouilles et ils me laissaient jouer au chevalier vertueux. J’étais leur caution morale. Et on pouvait décrocher des contrats de « bons ». Voilà, faut pas juger trop vite. Je les aimais bien mes deux copains nécros.

 

Je reviens à mon histoire : le nécro me raconte comment ils ont réussi à s’en sortir malgré que je me sois fait démouler. Ca s’est fini tout juste. Objets magiques surpuissants, invocation de morts vivants, coups de putes et compagnie, ils ont fini par buter le pourri d’en face. Vous imaginer l’histoire, avec le climax qui va bien, tout le monde croit qu’il va mourir et ça se finit bien dans les dernières secondes. Enfin pour eux. Moi j’étais mort. Donc retour en ville fissa, après avoir pillé le château de l’affreux d’en face, pour pas que je finisse plein de vers. On connaissait de réputation un type qui faisait des résurrections. Super cool. C’était le vieux barbichu.

C’est à ce moment précis que j’ai fait ma petite sortie sur le fait que je n’avais rien vu pendant que j’étais mort, que si ça trouvait, j’aurais pu rencontrer les dieux et tout le tintouin. Le nécro a un peu râlé en me disant que s’ils avaient su, ils ne se seraient pas emmerdés à trimballer mon corps pendant 2 jours et qu’ils auraient eu une part de trésor plus importante, qu’il aurait pu me transformer en mort vivant, j’aurais moins fait le malin. J’ai pas insisté, c’est vrai que je me préférais vivant et entier qu’en zombie.

 

Dès que j’ai été debout, j’ai voulu m’équiper pour repartir, on n’allait pas rester dans la turne du soigneur. Vu ses tarifs de résu, j’imagine que la nuit chez lui devait coûter un bras. Encore une expression qui devait le faire marrer vu qu’il faisait repousser les membres perdus aussi. Bref, je veux reprendre ma cotte de maille enchantée, je cherche. Elle n’était plus là. Je m’étonne. Les autres ont des regards fuyants et c’est notre soigneur elfe qui m’annonce : « Ben, tu comprends, la résu, ça coûte bonbon, on a dû vendre une partie de ton matos pour te relever… »

Sur le moment ça m’a paru logique mais il ne m’a pas fallu longtemps pour remarquer que eux, ils avaient tout leur matériel, voire des trucs nouveaux. Je leur dis que ce sont des enfoirés, qu’ils auraient pu prendre sur la part commune plutôt que me dévaliser, que, si c’était comme ça, je ne prendrai plus le risque de leur servir de bouclier, que c’était des planqués. Je peux vous dire que je n’étais pas content ! Mourir, d’accord mais qu’en plus je paie pour ça, alors là non ! Et ne me parlez pas de la magie du retour à la vie, de la beauté de la lumière renaissante et de toutes ces conneries pour elfes des bois. Ca m’avait coûté ma cotte de mailles enchantée ! Je voulais bien être chevaleresque mais là ils touchaient à mon portefeuille. Je ne suis pas nain mais il y a des limites à la décence. Avec un air fautif, l’elfe m’a sorti le livre de compte qu’il tenait. Il m’a baratiné sur le bilan financier de l’expédition, les coûts de progression, les retours sur investissement, surtout les fioles de soin qui nous bouffaient notre marge. Je finis par me calmer mais j’avais repéré un poignard qui m’avait l’air bien magique à la ceinture d’un de nos deux nécros, le même que j’avais vu à la ceinture du mage pourri qu’on avait affronté. Je le pointe du doigt et dit « Et ça ? C’est pas perdu pour tout le monde ! Pourquoi vous ne l’avez pas vendu ? Ca doit valoir de la tune, non ? » Le nécro m’a regardé avec un sourire de pervers sadique et m’a dit « C’est maudit, ça ne peut servir qu’à des mages alignés dark, c’est invendable et de toute façon si tu me le prends, le poignard t’assassinera tout seul et reviendra à ma ceinture. Tu veux essayer ? Mais ce coup-ci on n’aura pas les moyens de te ressusciter. »

J’ai jamais été certain qu’il ne mentait pas mais, dans le doute, j’ai préféré éviter de tester.

 

Je refais deux apartés : un pour vous expliquer que, oui on avait un soigneur elfe mais qu’il n’était pas assez bon pour faire des résurrections et qu’en plus, dans ce monde là, du moins d’après ce qu’il nous disait, c’est ballo, les elfes n’ont pas le pouvoir de résurrection sous le prétexte que ce sont des entités à longue durée de vie ou je ne sais quoi. Moi je pense qu’ils sont trop fainéants pour apprendre ça, c’est tout. Le deuxième, c’est pour dire quand on dit dark, c’est comme noir, sombre ou de-la-mort, forcément c’est un truc de pourri.

 

Voilà, les gars, ma première expérience avec la mort, la mienne du moins, parce que celle des autres c’était devenu commun. Après mes décès et les résurrections qui les suivaient sont devenus assez routiniers, voire lassants. Je n’ai jamais vu de trucs incroyables en mourant. Pourtant j’ai été voir des religieux mais, bof, malgré leurs explications et les prières qu’ils m’ont fait apprendre, rien de rien. C’est décevant, hein ?

 

On a fini par faire des accords au sein du groupe pour la gestion financière de toutes ces résurrections. C’était un sacré défi budgétaire !… L’aventure n’était pas vraiment là où on le croyait. Celui qui a dû le plus s’enrichir au cours de nos grandes années d’aventuriers ça devait être le petit barbichu. Mais pour vous dire qu’on ne se posait pas beaucoup de question : à aucun moment, pas un d’entre nous, même pas les nécros n’a eu l’idée d’aller braquer le vieux. On préférait s’en prendre plein la gueule contre des monstres infâmes, coucher à la dure, mal bouffer, se faire maudire et, de temps en temps, mourir plutôt que de braquer le petit vieux qu’on avait rendu millionnaire ! On était jeunes, insouciants et… J’allais dire un peu cons, mais je crois que c’est pas ça. En fait,  ça faisait plaisir à nos géniteurs. Si ça avait été trop simple, je crois qu’on se serait vite emmerdés.

Vous êtes dans une auberge (Episode 5). Et la famille dans tout ça ?  0

Episode 5. Et la famille dans tout ça ?

 

 

Toi, le grand blond avec la hache au manche gros comme une poutre, t’as de la famille ? Ben, oui, un père une mère, des frères et sœurs, une grand mère qui te fait des gâteaux et un cousin qui te pétait tes jouets quand tu étais petit ? Une famille quoi. Tu sais plus ? T’es orphelin ? Tu t’es jamais posé la question ? Et toi l’elfe ? Forcément qu’en vivant plusieurs siècles, il doit bien te rester quelqu’un ? Non plus. Mmm… Vous voyez les gars, c’est un des problèmes fréquents, la famille, dans les univers qu’on traverse, c’est trop souvent secondaire. C’est dommage, sans vouloir vous vexer, mais vous auriez plus de profondeur si vos Géniteurs y avaient réfléchi avant de vous donner vie. Ah, c’est sûr c’est plus facile de ne pas s’en préoccuper. Pas d’attache, pas de passé, on fait ce qu’on veut, la vie est belle. Mais, j’insiste c’est pas pour me mettre mal avec vous, surtout toi le blond musclé, vous auriez à y gagner d’avoir une famille. Elle vous permettrait de justifier vos peurs profondes, d’avoir des faiblesses qui étofferaient vos aventures. Sûr, ça ne vous rendrait pas plus fort ou plus agile mais plus humain.

Moi, j’en  n’ai jamais eu de famille, je suis né dans un temps où ça ne se faisait pas. On naissait aventurier et parfois on se retirait avec une femme et des gosses mais c’était sur la fin, avant d’arrêter de cavaler derrière les dragons. Avec du recul je me dis que ça aurait pu être une aventure intéressante. Bah ! C’est du passé, les choses évoluent. Je l’ai constaté, les jeunes ont de la famille, parfois, maintenant. Un background aussi.

Comme on était tous dans le même cas, ça ne dérangeait personne. Aucun d’entre nous n’aurait eu l’idée de poser des questions sur le passé et la famille des autres, c’eût été déplacé. Tout en pudeur. Faut pas croire que nos gros bras, nos objets magiques et nos sortilèges nous mettaient à l’abri de la pudeur. C’est pas parce qu’un groupe d’aventurier a un arrière goût de caserne de conscrit le jour de la quille qu’on n’avait pas d’angoisses existentielles. En fait on avait les angoisses de nos Géniteurs. Bien camouflées, mais elles étaient là. J’ai l’impression que maintenant les Géniteurs essaient de remplir ce passé et que dans la foulée ils créent des personnages plus fournis, plus vivants. C’est mieux pour vous non ? Vous devez vous sentir moins vide ?

La famille peut être source de conflit : parfois les enfants suivent des voies différentes des parents.
La famille peut être source de conflit : parfois les enfants suivent des voies différentes des parents.

 J’en ai souffert de ce vide. Plus d’une fois autour d’un feu de camp je me suis demandé pourquoi je faisais tout ça, comment les choses se seraient passées si j’avais eu une famille. Je reviens avec l’histoire des résurrections dont je parlais l’autre jour : vous imaginez comment les choses se passeraient si votre mère débarquait et réclamait que son fils soit ressuscité, faisant des pieds et des mains pour vous sauver ? Vous imaginez le chambard ? A notre époque, ça se décidait entre membres du groupe, en fonction de la tune qu’on avait, si on était « utile » au groupe. C’était quand même une drôle de logique. J’en ai eu plein des résurrections mais juste parce que j’étais le seul guerrier du groupe et balaise en plus. J’ai connu des petits nouveaux qu’on a enterrés vite fait juste parce qu’on n’avait pas eu le temps de les connaitre et qu’ils manquaient d’expérience. Vous imaginez si leur famille avait déboulé et tout fait pour qu’on les ressuscite ? Bien sûr que la famille ça n’est pas que ça, c’est juste un exemple que je vous donne, histoire de montrer que la vie d’aventurier aurait pu être différente. Avec une famille, on aurait pu avoir une correspondance, se rendre visite, aller à des mariages et des enterrements, peut-être même payer la résu à l’un ou l’autre, qui sait ? Ouais, le soir au campement, on soignait nos blessures, on racontait pour la énième fois le combat épique avec les trolls ou on étudiait des cartes et des énigmes tordues mais jamais on parlait des gâteaux de nos grand-mères ou de notre petite sœur un peu chiante mais qu’on regrettait de n’avoir pas vu depuis longtemps. Parfois ça me fout le bourdon d’avoir raté tout ça. Pensez-y les gars, faites vous une famille et un passé avant de le regretter…

Vous êtes dans une auberge (Episode 4). L’effet « Level »  0

Episode 4. L’effet « Level »

L’auberge est calme aujourd’hui, j’ai le temps de vous parler de l’effet « Level ». Pour commencer une constatation : c’est rare de ne pas être un moins que rien au début, quel que soit l’univers. La vie ne tient qu’à un fil. Un coup de poêle à frire d’une matrone charnue et le beau guerrier à l’armure rutilante s’écroule terrassé. Les mages c’est pire. Un coup de coude dans une bousculade et s’en est fini de l’ex-futur vieux barbu à chapeau pointu. J’ai vu des poules ou des lapins plus coriaces. Vous vous marrez mais vous n’imaginez pas la vie angoissante de ces types qu’un rien occis. Le magicien est par définition d’une intelligence au-dessus de la moyenne, il est conscient de sa faiblesse. Je m’étonne qu’il n’y ait pas plus de jeunes magiciens dépressifs. Ou croyants. Vous voyez souvent des mages peu ou pas croyants, c’est  surprenant. Vu la propension qu’ils ont à mourir d’un rien dans leur jeunesse, je serais eux, je m’accrocherais à du solide : la religion. En plus les religieux ont souvent des pouvoirs de soin. Même s’ils n’y croient pas, les magiciens devraient se mettre les prêtres dans leur poche. M’enfin, ils doivent être trop fiers. Ou pas si malin que ça finalement.

Bref, au début on est faible. En vieillissant, on apprend des trucs, on s’améliore, c’est bien pratique, ça permet de survivre. Et surtout on meurt moins. Ça c’est l’effet « Level ». J’ai souvent entendu cette expression. « Cool je monte de Level, ça fait du bien question points de vie ! ». En clair ça veut dire « Mes chances de survie augmentent ». Vous imaginiez ça ? Avec le temps, on devient plus résistant. Moi je croyais au début qu’au contraire, avec le temps on devenait juste vieux et que le poids des ans se faisait sentir mais non, en vieillissant l’effet « Level » nous rend plus résistant. Entre autres. Plus fort, plus malin, plus tout ce que vous voulez.

Paradoxalement, vous verrez, on est confronté à des dangers plus grands… mais on y survit mieux. Ça c’est un peu l’effet secondaire. Pas le meilleur. Un étrange destin fait qu’une sorte d’escalade se met en place. Tout prend des proportions plus grandes. Quand j’étais jeune je chutais parfois, mais maxi de 3-4 mètres et le temps passant il m’est arrivé de tomber de 10, 20 ou 30 mètres ! Et je tenais le choc. Quelle loi naturelle permet cela ? Aucune. Toujours l’effet «Level ». Cet illogisme a des effets psychologiques indéniables : en vieillissant on devient inconscient du danger. Du coup on fait de plus grosses conneries. Je croyais qu’on acquérait de la sagesse. Pensez-vous ! Le mage qui à ses débuts faisait gaffe à la moindre morsure de rat, au bout de quelques aventures finit par se marrer quand il voit 4-5 orcs lui foncer dessus. Je ne parle même pas d’un vrai combattant. Alors là c’est le grand n’importe quoi. Arrivé à un certain stade une armée ne le fait pas fuir. Ça vous semble logique ? Non. C’est normal, l’effet « Level » n’a rien de logique. C’est comme ça. Vous vous y ferez. Et avec le temps vous arriverez à juger les gens que vous croisez. Pas en terme de psychologie ou de charisme, pas suivant des critères humains mais cette règle de vie qu’un homme expérimenté a mathématiquement plus de chances de vivre qu’un homme du commun ou un jeune aventurier.

Un autre facteur qui entre en compte : l’expérience donne accès à un truc qui vous aide encore plus à survivre, la résurrection !  Ça c’est une expérience à vivre !

On en parlera plus tard…

 

 

Vous êtes dans une auberge ( Episode 3 )  0

 

Episode 3. Le pouvoir derrière le trône.

 

Je parlais des Maîtres, leurs créations, l’originalité et tout ça. Je critique mais ça ne doit pas être facile. Un peu comme si on me demandait de repeindre mon auberge tous les jours, forcément je finirais par remettre tôt ou tard la même couleur. Et, j’ai remarqué un truc, mais que ça reste entre nous… Penchez-vous un peu que je vous dise ça discrètement, que les clients n’entendent pas… Les Maîtres ne créent pas Tout ! « On » leur fournit des Univers prémâchés, ils adaptent, ils bricolent mais ce ne sont pas eux les vrais créateurs. Il y a un pouvoir derrière le trône. Qui sont ces « on » ? Ben, j’en sais rien. Vous savez les Géniteurs parlent souvent par la bouche des gens, par la bouche de leur « perso » comme ils disent. Et là, ils lâchent des secrets, ils disent « La Règle dit que… » ou « Dans le Livre du Joueur c’est écrit que… » et encore «Ça se passe comme ça dans les Romans ! », « La Série télé… ». Voilà, des mots mystérieux qui laissent entendre que les Maître ne dirigent pas tout, qu’il existe des entités supérieures qui sont encore au dessus. Ça fout le vertige, non ? Et ces Règles/Livres/Romans/Séries, appelez ça comme vous voulez, contraignent les Maîtres. J’ai remarqué que certains se libéraient de ces chaines alors que d’autres appliquaient ces contraintes quitte à donner une drôle de saveur au monde dans lequel on vivait. J’imagine qu’ils ont dû signer des pactes ou sont soumis à des chantages. C’est pas possible autrement.

Tenez, je vous donne un exemple : je connaissais un type, combattant de son état. Un jour il tombe sur un adversaire coriace avec un grand bouclier. Il se dit que ça serait plus facile de le combattre en lui retirant son bouclier. Il fait des manœuvres complexes, s’acharne et arrive à lui arracher sa protection après maint efforts. Là il se dit que ça va être plus simple. Erreur ! Le combattant au bouclier sans bouclier, d’un seul coup, soulagé du poids de son pavois et par l’application de je ne sais quelle règle idiote se retrouve à agir plus vite et donc à taper deux fois là où il n’en tapait qu’une. Il était devenu plus dangereux ! Ridicule ! Comme quoi mon pote aurait mieux fait de frapper comme un sourd plutôt que finasser. Le Maître aurait dû se rendre compte qu’il y avait quelque chose d’absurde mais il a appliqué « la loi naturelle » de l’univers dont il était pourtant le Maître. Quand je vous dis qu’il existe des forces supérieures qui les dominent.

Alors quand, comme moi, vous avez beaucoup voyagé, vous vous attendez à tout. Entre la magie qui vous fait de méchantes surprises et ces histoires de mondes qui ne répondent pas tous aux mêmes Lois, c’est pas simple de s’en sortir. Heureusement, il y une chose qui existe quasiment partout et qui est rassurante, plus vous vieillissez, plus vous avez de chance de survivre. Ca s’appelle l’effet « Level »… A suivre.

 

Héros ( biclassé expert comptable 5 / investisseur dans les emprunts russes 3 ) invoquant La Règle.  Moment d'émotion.
Héros ( biclassé expert comptable 5 / investisseur dans les emprunts russes 3 ) invoquant La Règle. Moment d’émotion.

 

Vous êtes dans une auberge ( Episode 2 )  0

Episode 2. Ma créativité est plus grande que la tienne.

Ca vous intéresse, hein, de savoir comment je suis devenu autonome dans cet univers où tout semble contrôlé ? Comment j’ai pu échapper aux Maîtres et surtout à mon Géniteur ? Bah, ça viendra, on a tout le temps, vous prendrez bien une bière en attendant ? Je la fais venir par la route en pierre, là, celle qui part vers la gauche et qui tourne derrière l’auberge. Celle du Nord, vous dites ? Ouais si vous voulez. Le Nord, le Sud, tout ça ne veut plus dire grand chose. Ça  dépend de quel monde vous venez.

Vous savez, il y a des mondes plats, creux ou carrés où la notion de points cardinaux n’existe pas. Ah, c’est sûr c’est difficile à assimiler ! C’est comme les Maîtres qui vous inventent des journées de 15 heures ou des mois de 63 jours, et des cycles lunaires de fou avec trois ou quatre lunes. Les Géniteurs sont paumés, forcément. Moi le mien il faisait toujours la conversion avec ses références. Il y a des Maîtres qui croient que c’est ça l’originalité, la créativité : la démesure. Des ciels fuchsias, des animaux géants, des épées plus grandes, des donjons plus labyrinthiques. A force on est gavé. Je me suis toujours demandé si les Maîtres ne faisaient pas des concours entre eux.

Mais les Géniteurs ne sont pas en reste. Regardez les quatre qui sont entrés dans l’auberge, ils sont typiques. Pas question d’avoir l’air de gars normaux et pourtant ils ressemblent tellement à leurs pairs. Allez demander au voleur ; s’il n’est pas voleur je me coupe la main. Je la ferai régénérer après, d’accord, mais même habitué ça fait toujours mal. Je veux dire par là que ce type, s’il voulait vraiment être original il s’arrangerait pour qu’on ne comprenne pas quel est son métier.

Tout le paradoxe est là. Etre créatif ne nécessite pas forcément d’en faire des tonnes. Et puis si on voit de l’incroyable tout le temps, hé ben ça n’a plus rien d’exceptionnel ! Je me suis déjà baladé dans des coins où tous les gars qui maniaient une épée un peu correctement mesuraient tous deux mètres et avaient des bras comme des troncs. Au début ça intimide et puis on s’y fait. Pour peu qu’on sache se battre un tantinet, on en tanne quelques uns et au final on se rend compte qu’on s’en faisait une montagne ! Ce qui est dommage c’est qu’avec le temps, on devient blasé. Au début on voyage – ouais je vous raconterai mes voyages, on voyage beaucoup quand on est aventurier – on regarde tout avec naïveté, le moindre type balafré vous impressionne, le plus petit monstre vous en impose. Tout n’est que « Waohh ! » et « Incroyable ! ». Et puis les balafrés et les monstres se font légions et plus rien ne vous surprend. Je ne dis pas qu’on n’a pas de plaisir mais la surprise est rare.

Remarquez, il y en a que ça rassure. J’en ai vu des pantouflards qui n’aimaient pas être pris par surprise. Ça me rappelle la fois où j’étais possédé par un démon – c’était une idée du Maître, moi je subissais, en me marrant mais je subissais –  et le démon jetait des sortilèges très puissants par mon intermédiaire. Un de mes camarades qui ne savait pas que j’étais possédé mais qui savait additionner un plus un s’est dit «Ça n’est pas possible ! TU NE PEUX PAS FAIRE CA !! ». Il était désemparé, le Maître avait fait un truc original qui dépassait ses limites de tolérance.

Enfin tout ça pour dire qu’une petite surprise bien placée est plus créative qu’une trop grande démesure.

______________________

Vous êtes dans une auberge ( Episode 1 )  0

 Vous êtes dans une auberge…

Les aventures d’un personnage de jeu de rôles qui s’est débarrassé de son joueur.

Episode 1. Archétypes

Encore un groupe d’aventurier à entrer dans l’auberge ce soir. Quatre beaux spécimens de la brochette guerrier-clerc-magicien-voleur. Du classique.

Le guerrier a de gros bras comme les culturistes et ce regard profond qu’on peut voir chez ceux qui ont mis peu de points en Intelligence. Somme toute rien d’anormal pour un guerrier. La pléthore d’armes accrochée pèle-mêle dans son dos prouve qu’il a déjà acquis quelque expérience et les objets magiques qui vont avec. Ses camarades lui ont laissé les armes, les grosses et lui fièrement les a acceptées au point d’avoir l’air un peu ridicule lorsqu’il érafle les murs avec son épée ou renverse les verres avec son fléau.

Le clerc mal décrit par son Géniteur – son créateur si vous préférez. Je vous expliquerai à l’occasion – est sans vie ; pas de visage, pas de vêtements précis si ce n’est son armure. Ça il ne l’a pas oublié. Tout comme son symbole béni. Un truc ridicule qui lui pend au cou. Ça aurait dû être une balance représentant la justice avec un soleil au dessus pour la nature éclairée des représentants du dieu. Mais

 son Créateur s’est contenté d’un « le symbole béni, ben c’est le symbole du dieu qu’est dessiné dans le manuel mais avec une poignée pour tourner les morts vivants. Ouais je l’attache autour du cou comme ça, tac ! J’uis toujours prêt ». On dirait un fantôme qui traverse l’auberge tellement il est fade ce clerc mal décrit.

Le magicien elfe a bénéficié d’un traitement plus complet mais pas moins ridicule. Affublé d’une illustration tirée d’un manga et d’un Géniteur hyper actif et bourré de tics nerveux, il ne passe pas inaperçu. Il parle fort tout en faisant de grands gestes. On sent qu’il agace le guerrier qui finit par lui dire :

– Ferme la un peu Denis .

– Woaé Steeve appelle moi par mon nom de perso, moi c’est Legolame ! Est-ce que je t’appelle Steeve pendant la partie ? Hein ? 

-Ben oui…

Des jeunes, leur Géniteur transparaît , c’est flagrant.

Reste le voleur. Je dis « le voleur » parce que c’est évident qu’il est voleur. Mieux construit que les autres, il n’en arbore pas moins son air sournois et fourbe. On sent à la fois que son Géniteur a de l’expérience et qu’il va tenter de faire les poches à la moitié de l’auberge.

Vous devez être en train de vous dire « Mais qui c’est ce type qui se permet de juger tout le monde comme ça ? ». Excusez moi, j’ai oublié de me présenter : Balin, patron de l’auberge « A la croisée des mondes », propriétaire des lieux et ancien aventurier. Je dis ce que je veux parce que je suis chez moi d’une part et d’autre part, je parle en expert, j’ai tellement vécu, tellement louvoyé entre les mondes que je n’ai plus de Géniteur, ni même de Maître, vous m’avez bien entendu, je suis entièrement libre !

 

______________________